Plus de 15000 visites !

Un grand merci pour votre fidélité et vos retours qui nous invitent à vous offrir tout ce plaisir que nous éprouvons lors de nos exhibitions …

Nous aimons partager nos fantasmes et notre sexualité, cela dans le respect et l’épanouissement de l’un comme de l’autre. 

Nous voyageons côté à côte, doucement mais sereinement, l’amour et le désir comme ultime source à nos plaisirs. 

Nous vous remercions ce soir pour votre présence qui y contribue pleinement …

💋


#M et #s

Publicités

Envies

Depuis quelques mois, ma soumise et moi avons une libido qui bat un peu de l’aile. Je suppose que les aléas de nos vies respectives de cette période ont fait que notre coeur n’était pas au bonheur et à la sexualité.

Depuis quelques jours, nous avons repris le chemin de la perversion, du désir, de la luxure parfois. Je me réjouis d’avoir cette femme comme muse pour mon plaisir.

Ces prochains jours seront sous le signe de la soumission pour #s. Je l’amènerai plus loin encore que ce que nous avons pu connaitre.

Un maître mot : indécence

Exhibition, photographie, dépravation mais surtout le sexe régneront sur ce week-end que je vais passer en sa compagnie. Ce sont des manques que je ressens depuis que nous nous sommes quittés.

Je veux pouvoir oser d’être à la limite du porno-ero-chic avec nos lecteurs, proposer un contenu plus osé. Je veux pouvoir vous montrer  ce qu’est de vivre cette vie de débauche avec #s.

Pour toi ma soumise aimée : prépare toi à dépasser tes limites pendant ces prochains jours. Je te prépare un billet qui paraîtra quelques minutes avant que tu ne me récupères, avec un planning détaillé de notre temps à deux, le temps pour toi de digérer mes prochains mots. Je te guiderai, nous atteindrons l’orgasme ensemble. Ce ne sera pas physique, mais psychologique. Car je t’aime et je veux rendre hommage à la soumise que tu es.

Tu es la muse de ton Maitre, tu deviendras l’ étendard de la soumission.

Je t’aime.

#M

#asswednesday

En noir et blanc,

Contre plongée bien cambrée 

Pour mieux vous servir Maître

Je vous imagine derrière votre clavier 

Troublé,

Des tentations que je vous assène

Dès le petit matin 

Saurez vous me corriger 

Pour vous avoir malmené 

Dans votre désir de m’enculer 

Alors que mon fessier vous nargue 

Passivement mais généreusement 

Vous détournant de vos obligations ?

Je vous attends …

#s 

Erotique

Depuis le premier jour, je sais que ma chère #s est d’un érotisme qu’elle ne soupçonne pas.

Elle n’a pas idée de la puissance et du charme qu’elle dégage quand elle se pavane devant son objectif et qu’elle m’envoie ça. Cela me rappelle tous ces moments où j’ai joué à l’apprenti photographe, où la tension sexuelle se dégageait de chaque cliché.

Quand je vois ses dernières photos, je n’ai pas de mot pour décrire mon envoûtement. Je pense que je pourrais me déshabiller, l’embrasser puis la baiser sans même être conscient de tout cela.

afDiMDGR

Je vais vous faire travailler un peu.

Décrivez en quelques mots ce qu’il vous passe par la tête quand vous voyez une photographie comme celle ci?

#M

Punition à distance

 » Tu voulais être indécente, te voilà servie ! « 

Je pars en courses, un chemisier laissant apparaître mes seins sanglés de mon harnais. Ma veste fait deviner l’échancrure de mes seins et les recouvre à peine, l’anneau en métal est clairement visible, le soleil brille il fait beau et venteux. Je suis autant gênée que fière…

img_9960-1

Je finis mes courses, le magasin était bien trop bondé pour mettre à exécution la directive de mon Maître ; inserrer mon plus petit rosebud en plein rayonnage. Il n’y avait pas de cabines d’essayage non plus, seule condition possible à ce que me demandait mon Maître.

Je rentre donc chez moi après une longue fin d’après-midi, je sais que ma punition n’est pas finie.

Je m’endors, heureuse de cette journée si proche de mon bien aimé Maître. Je me sens comblée, excitée mais totalement épuisée d’une nuit blanche à l’espérer …

Je me réveille ce matin, il fait beau, comme ces derniers jours d’ailleurs. Je regarde mes photos prises la veille où nue sous mon chemisier je m’exposais sur ma terrasse en plein soleil, comme me l’avait demandé #M.

img_9961img_0095img_0096img_0091

img_9962

Je mate vos commentaires sur nos réseaux sociaux et je souris, une femme ronde est visiblement encore plaisante, je m’attendris à cette idée, j’ai envie de m’ouvrir à nouveau. L’hiver fut long, la distance et son absence me pèse beaucoup ces temps ci. Notre vie va prendre un nouvel élan, mon Maître vivra dorénavant à 700km de moi, cela me fait parfois peur mais un nouvel équilibre naîtra. Notre couple s’en donnera les moyens.

Je suis heureuse ce matin, je trouve un message de mon Maître, comme tous les matins il me souhaite une belle journée.

Puis il m’annonce que ma punition n’est pas aboutie. Je suis nue dans mes draps, je porte mon collier, mon coeur s’emballe comme à chaque fois que je suis devant mon Maitre. Je lis ses mots avec attention et une certaine appréhension mêlée à l’excitation. Je l’aime, je donnerai tout pour être à ses côtés et entendre ses mots, ne pas les espérer à chaque fois que je regarde l’écran de mon téléphone. Je respire plus fortement et lis qu’il souhaite me voir enfiler mon plus gros plug, celui là même que je portais hier. J’avais tant de mal à l’insérer que là, à mon reveil je n’imagine pas cette lutte si matinale déjà. Mais je suis sa soumise, je suis à ses pieds, je ne veux pas le décevoir et puis je suis punie, je lui ai promis d’obéir, je pars m’exécuter. Je découvre que je dois partager avec nos abonnés l’insertion de mon plug. Je suis un peu honteuse, mais cela plaît à mon Maître. J’imagine sa queue gonfler à la vue de ma vidéo, à 700 km de là. Cette espérance m’exalte.

– Tu seras accroupie en face de ton lit. Les mains sur le matelas, les jambes écartées au maximum. Tu te tiendras droite. Tu rentreras ton ventre et tu tiendras cette position dix minutes. Je veux que ton plug, que tu as humidifié plus que d’habitude reste dans ton anus. S’il ressort de ton cul, tu t’infligeras un coup de cravache sur ton sexe, le clitoris bien en évidence. As-tu bien compris Eyes ?

– oui Maître.

Je m’exécute après un petit passage dans ma salle de bain. Une soumise au levé manque de fraîcheur, je veux être agréable et sexy, même si mon Maître est loin de moi.

Je prépare ma caméra, applique généreusement du gel sur mon anus, puis…

C’est vrai que vous avez déjà tout vu  !

Je suis surprise de ne mettre que deux minutes à le faire pénétrer en moi. J’étais un peu stressée de ne pas réussir cette vidéo, il y a toujours cette douleur liée à l’épaisseur de l’engin puis lors du passage ce plaisir qui succède au supplice. J’imagine mon Maître me le mettre, mon cul offert et lui derrière moi écoutant mon plaisir fondre à la vue du glissement soudain du plug dans mon orifice. Je suis excitée.

Je me mets en posture et sens mon sexe se faire caresser par la fraîcheur de l’air de ma chambre à coucher. Ma fenêtre est ouverte mais le rideau ne permet pas de me voir. Mes cuisses sont écartées telle une catin expose son désir pour être prise. Je me sens vulnérable. J’imagine sa présence, j’imagine son regard sur ma condition, je me sens digne et désirée, follement excitée par cette idée.

img_0098img_0064

J’oublie de resserrer mon ventre. Je me concentre un peu plus sur ce qu’exige mon Maître. Cela fait à peine une minute que je suis accroupie. Les neufs restantes seront longues. Mais en serrant mes abdominaux l’effet sur mon plug ne se fait pas attendre. Je suis bien droite et il fait sévèrement pression sur mon cul. Je tente de le retenir mais rien n’y fait. Il glisse insidieusement hors de mon anus, entraînant cette onde de douleur mêlée de plaisir.

img_0097

À chaque fois qu’il glissera j’en informe mon Maître qui dénombre déjà à cinq, le nombre de coups de cravache pour ma chatte.

Il y a encore deux minutes à tenir. Mes jambes sont endolories, cette posture de par ma corpulence est vite contraignante. Le plug s’insère maintenant avec aisance. Je me prends à imaginer la taille au dessus. Cela m’excite. J’en fais part à mon Maître qui me suggère un plug gonflable. J’aime cette idée.

Je ne sens plus mes jambes, le plug semble d’une lourdeur telle une enclume à retenir. Je comprime mon orifice, le passage me verra une sixième et dernière fois grimacer sous ce mélange subtil de plaisir et de douleur. Je lâche un soupir essoufflé par le bruit des tondeuses. Derrière ma fenêtre ouverte, un ouvrier s’occupe de l’herbe à tondre. Je m’amuse de cette situation cocasse. Il est loin d’imaginer qu’une femme nue, chaude comme la braise se trouve à quelques mètres de lui. Il me fait penser que ma chatte mériterait elle aussi un rafraîchissement mais mon Maître ne m’en a pas donnée la directive. J’aime quand il me rase, je lui suis, là aussi offerte, sous le tranchant d’une lame.

Je me relève et m’installe sur le lit.

img_0065

La cravache mord mon clitoris une fois, puis deux, trois et six fois. Je m’y applique avec franchise, même si je sais que sous la main de mon Maître je tremblerai de peur tant la sensibilité de cette chair est immense.

La cravache brûle ma chatte, quelques coups à côté porteront à plus d’une dizaine de claquement entre mes cuisses. Mon sexe est irradié, mon excitation me relance violemment. Je partage mon ardant désir avec mon Maître. Il me demande de porter mes petites coques violines qui ont ce prodigieux effet d’aspirer mes tétons. #M aurait il décidé de m’éprouver dans la frustration ?

img_0063

Je suis maintenant allongée sur le lit, les jambes bien ouvertes, le sexe en feu et humide. Je reste ainsi une bonne vingtaine de minutes. Mes tétons étirés sous la succion artificielle exacerbent mon désir que je partage avec l’homme que je voudrai voir devant moi, la verge ferme et pénétrante. Mon Maître m’ordonne de combler mon vagin de mes doigts, ce que je ne manque pas de faire avec empressement. Ma chatte est humide à souhait, mes doigts me pénètrent aisément je suis bien dilatée. Immédiatement je suis prise d’une vague de plaisir. Irradiée des seins au sexe, c’est un déferlement succinct mais répété de petites ondes électrisantes et délicieuses qui traversent mon être. Je ne tiens plus en place, plus je me caresse plus je me tortille et c’est une multitude de saccades qui prennent à présent possession de tout mon corps. Ces multiples jouissances me transcendent, je pense à mon Maître, j’aime partager mon plaisir avec lui, il me manque terriblement.

Je suis sienne, et je me rends compte en écrivant ce récit que je ne l’ai même pas remercié pour cette jouissance offerte.

Comment seulement ai je pu oublier cela. Une soumise qui manque de reconnaissance, en voilà une bien sotte affaire…

Je m’en vais de ce pas remercier mon tendre Maître, comme il se doit.

Va-t-il m’en tenir rigueur et me punir encore ?

#s

Entre Maître et soumise, notre regard sur les plaisirs BDSM